notre site

galerie

agenda

Bienvenue sur Dylan O'Brien France, votre première source française sur Dylan O'Brien. Après plus d'un an d'existence, notre but reste de le même: vous faire partager les actualités de Dylan chaque jour et suivre sa carrière, qui est sans aucun doute très prometteuse. En plus de nombreuses photos dans notre galerie, vous pouvez aussi retrouver sur le site des vidéos, interviews, exclusivités, concours... Vous ne risquez pas de vous ennuyer ! Merci de votre visite et à très bientôt !
019~60.jpg
018~63.jpg
013~98.jpg
004~259.jpg
017~73.jpg
016~77.jpg
015~85.jpg
014~87.jpg
  • 7 Août 2017
    Episode 12 de la 6B de Teen Wolf
  • 14 Août 2017
    Episode 13 de la 6B de Teen Wolf
  • 21 Août 2017
    Episode 14 et 15 de la 6B de Teen Wolf
  • 15 Septembre 2017
    Sortie américaine d'American Assassin
  • 20 Septembre 2017
    Sortie française d'American Assassin
  • 9 Février 2018
    Sortie américaine de The Death Cure
  • 14 Février 2018
    Sortie française de The Death Cure


  • Posté par Aly le 26 juillet 2013   0 Glimmer, Interview, Teen Wolf, The Maze Runner

    Pendant le Comic-Con, Collider a eu la chance d’interviewer Dylan sur Teen Wolf, le tournage de The Maze Runner et Glimmer, son prochain projet. Je vous ai traduit l’interview ci-dessous, elle est longue mais je vous conseille de la lire car elle est très intéressante! Bien sûr, si vous prenez la traduction, créditez! Bonne lecture!

    Ça fait combien d’années que tu viens au Comic-Con?
    Quatre.

    Donc tu es un professionnel en fait.
    Oui, c’est super! Ça me fatigue maintenant, j’en ai marre — je rigole bien sûr.

    Tu peux marcher librement et voir tous les stands?
    Non. Sauf si je porte un masque.

    T’en as déjà porté un?
    Non, jamais. Je crois que je vais essayer aujourd’hui.

    J’ai beaucoup d’amis acteurs qui peuvent vraiment s’en sortir en portant des masques parce qu’ils sont entourés de personnes qui aiment leur travail mais ils en ont aucune idée.
    Ça a l’air cool, je veux essayer. Il parait que c’est comme être dans un autre monde. C’est dingue, tu entres dans ce monde où tout le monde sait qui tu es. La plupart des personnes le savent parce qu’elles sont là pour ça — pas tout le monde, mais ça sort vraiment de l’ordinaire.

    Comment les choses ont-elles changé pour toi avec le succès de Teen Wolf? En ce moment la série a beaucoup de succès.
    C’est fou à quel point ça n’arrête pas de grandir et les fans deviennent de plus en plus nombreux, c’est génial. C’est le premier travail que j’ai eu, mon introduction dans ce business, ma première expérience avec une équipe de tournage, un plateau de tournage, le cast… En tant qu’acteur, c’était vraiment ma première expérience. C’est comme être chez soi et c’est très important pour moi, je ne veux même pas imaginer le jour où la série s’arrêtera. Ça va me briser le cœur. C’est hallucinant de voir quelque chose comme ça, quelque chose de très personnel qui devient — premièrement, de continuer à tourner les saisons, on a jamais pensé qu’on arriverait à tenir 3 ans. C’est fou de voir le succès de quelque chose qui est un peu comme notre chez soi. J’ai toujours ressenti ça comme ça. Maintenant que j’ai essayé d’autres choses en tant qu’acteur, Teen Wolf est mon chez-moi. C’est mon école, c’est la maison que je retrouve. C’est bizarre. Mais vraiment cool.

    Je sais que le tournage a été déplacé d’Atlanta à Los Angeles. Comment c’est de tourner là-bas? Apprécies-tu ce changement?
    Oui. C’est différent, Atlanta était fantastique. On a tourné les deux premières saisons là-bas. Pendant le tournage de la première saison, j’habitais avec deux de mes co-stars dans un appartement et le cast entier venait y traîner tous les soirs. C’était une expérience unique, que je n’aurais jamais vécu si Teen Wolf n’avait pas existé. C’est pourquoi c’était si bien Atlanta. C’est grâce à ça qu’on est si proches maintenant. C’est cool d’être à Los Angeles aussi, pour d’autres raisons. Ce qui change c’est que maintenant on arrive tous le matin au travail et on se voit, ensuite on repart dans nos maisons respectives. On est plus aussi collés comme on l’était à Atlanta. Mais c’est génial d’être à la maison, ça apporte de la stabilité.

    Les cinémas sont aussi meilleurs à Los Angeles, tu peux le dire.
    Les cinémas sont meilleurs. C’est vrai.

    Ce que j’ai appris quand j’ai visité le plateau de tournage de The Maze Runner c’est que ce n’était pas un tournage facile. Il y avait des serpents venimeux, de l’humidité, de la chaleur… J’imagine que c’était difficile. J’ai tort?
    Pas du tout, tu as tellement raison. C’est génial que tu comprennes ça.

    Ce n’était pas comme un tournage en intérieur, où tout est cool. En tant qu’acteur, tu dois te concentrer sur ta performance mais aussi sur les éléments extérieurs.
    Oui, c’est intéressant parce qu’en tant qu’acteur, tu dois rester concentré sur l’histoire et tes scènes, et raconter l’histoire dans chaque scène en prenant en compte d’autres choses. Dans ce cas-là, il y avait beaucoup d’autres choses. Il y avait beaucoup de choses physiques que je devais faire pour ce rôle — je n’avais pas besoin de m’entraîner par contre. Tous les jours, je devais me jeter dans quelque chose, sur quelque chose ou de quelque chose, ou courir très vite pendant une longue durée. A la fin de la première semaine, j’avais les bras couverts de coupures et les maquilleurs les ont multipliés. Quand ces coupures ont disparues, j’avais toujours leur cicatrice. Et ensuite elles sont devenues importantes pour le film. C’est amusant car je n’avais jamais fait quelque chose d’aussi physique, je n’avais jamais travaillé autant d’heures que pour ce film, et je n’avais aussi jamais tourné un film à gros budget. Donc c’était vraiment une combinaison de folie intéressante.

    Quand tu te remémores cette expérience, être le rôle principal dans un gros film, y a-t-il un conseil que tu aimerais t’avoir donné au début et que tu vas prendre en compte pour ton prochain projet?
    Oui, j’aimerais — et je fais tout le temps ça — je souhaite tout le temps ça. Je suis une personne très anxieuse, j’anticipe beaucoup de situations. J’aimerais juste m’avoir dit, « Détends-toi. » Si je pouvais avoir la mentalité que j’ai à la fin d’un tournage au début, ça rendrait mon travail beaucoup plus facile.

    Je connais beaucoup d’acteurs et leur conseil c’est, « Les premiers trois ou quatre jours, je peux toujours me faire virer. »
    C’est ça le truc, mais je n’y ai jamais pensé.

    Je ne veux pas te faire imaginer plus de choses.
    Tu ne fait qu’empirer. Je ne sais pas pourquoi je n’y ai jamais pensé mais je pense toujours à faire mon travail et à le faire bien. Ma plus grande peur c’est de ne pas être viré alors que j’aurais dû depuis le premier jour. J’ai dû tourner le film en me disant toujours, « Quoi? Quoi? Pourquoi personne ne m’a dit que j’étais nul? » Ce qui est amusant c’est que toutes ces choses disparaissent quand tu commences à tourner tous les jours et que ça devient un monde complètement différent. Tu oublies presque que tu tournes un film parfois. C’est génial.

    Qu’est ce qui va surprendre les personnes dans ce film? Les personnes qui sont fans du livres, celles qui ne le sont pas…
    Tout je pense. Je ne peux pas dire comment le film va être mais je pense que Wes (le réalisateur) va tout déchirer. Le film a vraiment du cran, beaucoup plus que ce que les personnes imaginent. Ce qui est amusant c’est qu’en terme de sujet, quelque chose comme The Hunger Games est beaucoup plus vicieusement violant que notre histoire mais quand tu vois le film, c’est intéressant à quel point — je pense que ça va surprendre car le film est très sale et sinistre.

    Donc le film va être interdit au moins de 13 ans?
    Oui, c’est obligatoire.

    J’en suis sûr.
    Oui, c’est impossible qu’il soit interdit au moins de 17 ans. On est préparés pour ce public et on l’accepte, c’est notre film et notre histoire. Mais je pense que ce qui va surprendre c’est à quel point le film est brutal, et peut-être même effrayant, et sinistre, comme je l’ai dit — très sinistre.

    Je sais que le tournage vient juste de se terminer que c’est dur d’en sortir.
    Oui, c’est étrange. J’essaye de trouver la meilleure façon de l’exprimer. Ça ne va pas sortir avec une hyper médiatisation, ça n’a jamais été comme ça. Peut-être même plus maintenant que quand on a commencé. Quand on a commencé, pour moi, c’était comme si personne ne savait qu’on tournait le film, encore moins n’attendait qu’on tourne ce film. Quand il va sortir, ça va être vraiment cool. Les personnes vont dire, « Oh! Le film est en fait vraiment cool. » Tous les acteurs sont géniaux, ça va surprendre le public.

    Penses-tu que c’est mieux de ne pas avoir une hyper médiatisation?
    Absolument. J’ai toujours préféré ça.

    C’est beaucoup de pression sinon. Maintenant le film peut sortir et impressionner les gens.
    Oui, c’est mieux de surprendre et que les gens se disent, « C’était super! » Je te comprends, je suis tellement comme ça.

    Si je ne me trompe pas, ton prochain projet s’appelle Glimmer? J’ai raison?
    Tu as raison.

    Quand commences-tu à tourner la deuxième partie de la saison 3 de Teen Wolf?
    Lundi prochain.

    Donc dans une semaine?
    Oui.

    Combien de temps va durer le tournage?
    5 mois, jusqu’à Décembre, la fin de l’année.

    Donc tu vas tourner Glimmer après, c’est bien ça?
    On essaye de trouver une solution pour ça, c’est vraiment l’une des choses les plus cool qui me soit arrivée

    C’est produit par DreamWorks?
    Oui. Ça fait longtemps que je suis ce film, en terme d’auditions. La première fois que j’ai auditionné pour ce film c’était il y a un moment , et maintenant le film va vraiment se faire, c’est vraiment cool. Mais je ne sais pas quand on va tourner — peut-être en hiver, au printemps ou en été.

    Est-ce bizarre pour toi de réaliser que tu vas tourner pendant tout le reste de l’année, ensuite tu vas probablement avoir une semaine de libre pour ensuite recommencer à tourner? Ou c’est plus comme battre le fer tant qu’il est chaud?
    Battre le fer tant qu’il est chaud, c’est certain. En tant qu’acteur, c’est la première fois que je me rends compte que je vais peut-être avoir besoin de calmer un peu les choses, de faire une pause. D’habitude, je me bats juste pour trouver un nouveau projet parce que en général on a beaucoup de temps pour nous. Je veux toujours trouver quelque chose pour remplir ce temps-là. Mais maintenant, je crois que j’ai besoin de prendre une semaine de pause.

    Hugh Jackman vient de tourner 4 films à la suite.
    Il travaille vraiment très dur.

    Il m’a même dit, « Je vais prendre une pause et examiner cet autre projet. Mais je dois prendre une pause parce que je dois me recharger. » Tout le monde doit faire ça.
    Je ne peux même pas imaginer ce que c’est. Je ne peux pas imaginer faire les choses qu’il fait, physiquement, se transformer de projet en projet, c’est fou.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Page 1 sur 11